Un mot sur l’auteur: Samuel Venière

Samuel Venière

Bachelier en histoire

Diplômés aux études supérieures en enseignement collégial

Étudiant à la Maîtrise en éducation, spécialisée en technologies éducatives

Université Laval, Sainte-Foy, Québec.

L’histoire me fascine. De toute les sciences, c’est sans doute celle qui stimule le plus mon imagination. Bachelier en histoire de l’Université Laval, j’ai également étudié en enseignement collégial pour devenir professeur, avant de poursuivre une Maîtrise en technologies éducatives. J’espère être en mesure de pouvoir transmettre cette passion.

L’anecdote historique est d’une richesse intarissable. Elle pique la curiosité, et constitue un moyen imparable de réveiller n’importe quel esprit en sommeil. C’est aussi une méthode pédagogique dont je me fais fort d’utiliser dans un avenir proche.

«Les doctrines passent, les anecdotes demeurent» disait Cioran. «Certes, elles ne sont que des épiphénomènes ridant à peine l’océan de l’histoire. Mais n’occasionnent-elles pas des réflexions aussi profondes que les grandes théories? Ne proposent-elles pas un condensé de la nature humaine?» (Didier Chirat)

En espérant que mon blog vous soit agréable.

Pour voir mon profil Gravatar: http://gravatar.com/saven2

26 réflexions sur “Un mot sur l’auteur: Samuel Venière

  1. Bonjour Monsieur,

    nous avons certainement des liens familiaux très éloignés par ma famille maternelle.
    Ma mère, décédée il y a 18 ans était une demoiselle Veinière. Ma famille originaire du haut bugey, au pied du col de la faucille (jura) serait une branche issue de Marco Veniero.
    Cette famille aurait été anoblie pour devenir « de Vénière » et à la révolution la particule semble s’être fait plus discrête. On retrouve un général d’empire à Nantua qui bien sûr reprend un titre de marquis et en même temps sa particule.

    Enfin pour l’anecdote unemosaïque de la basilique de Fourvière décrit la bataille de Lepante et cite bien sûr Sebastiano Veniero, ancêtre commun???

    Je vous salue bien, mon peut-être cousin.

    Frédéric BERNARD

    J'aime

    • Bonjour Frédéric

      Intéressant. C’est bien possible! Je sais qu’il y a plusieurs branches des Venier en France. Je pense qu’on compte environ 800 personnes qui portent toujours ce patronyme dans l’Hexagone.
      Initialement, la famille Venier est de noblesse vénitienne, qui remonte à environ 1207 avec Marco Venier, Seigneur de Cerigo (Kythera en Grec). La famille a donné quelques Doges à Venise, comme Sebastiano Venier, amiral de la flotte chrétienne victorieuse à Lépante en 1471 un ancêtre très (très) lointain. 😉

      Ici à Québec, le premier est arrivé en 1761 directement d’Italie. La branche québécoise est demeurée assez fragile. En 1940, il ne restait qu’un seul Venière au Canada: mon grand-père. Aujourd’hui, nous sommes plusieurs, mais il n’y a toujours qu’une seule famille Venière au pays à ma connaissance.

      Il y a beaucoup d’histoire derrière cette famille! Je travaille, à long termes, sur une généalogie la plus complète possible.
      Si vous possédez de l’information ou de la documentation, je vous invite à me joindre par courriel. C’est toujours apprécié!

      Salutations!

      J'aime

      • François Venière – Bravo Frédéric pour les annecdotes aussi variées que passionnantes.
        Concernant les Venière, en Amérique, je n’ai connaissance que de deux éléments: La pâtisserie Veniero une des meilleures de New York et Oliviette Gagnon, née Veniere qui a eu un fils François Xavier né le 15 septembre 1818 , 1816 St Roch, Quebec. A l’autre bout de la chaîne, il est à noter que Cecilia Venier a été capturée par les Ottomans à Cérigo en 1537, elle est devenue l’épouse « valide » de Sélim 2 et mère de Murad 3. Donc, un élément essentiel de la généalogie ottomane. Salutations

        J'aime

      • Salut François
        Merci pour ces informations! J’ai lu qu’en Europe, on disait Venier à Venise et Veniero dans le reste de l’Italie. J’ignore si les deux appellations désignent la même famille d’origine ou bien deux branches distinctes. Quoiqu’il en soit, j’ai constaté qu’il y a beaucoup plus de Veniere et Veniero aux États-Unis qu’au Canada et j’aimerais en savoir plus à ce sujet.

        Concernant Olivette Venière, elle semble être née à St-Roch, Québec, et avoir marié Joseph Gagnon en 1803. Son fils portait sans doute le nom de Gagnon, puisqu’elle a prit elle-même le nom de son mari.

        Quant à l’histoire de la famille Venier à Venise, elle est absolument fascinante! Les Venier étaient de puissants seigneurs et de riches marchands. Ils ont été très actifs dans la lutte contre les Ottomans et Caecilia en a fait les frais! Elle était la fille de Niccolo Venier, Seigneur de Paros, une île grecque. À vrai dire, les femmes étaient très bien traitées à la cour ottomane, bien qu’enfermées. Sélim II est le fils de Soliman le Magnifique et Caecilia prend le nom de Nur-Banu après sa capture. Il semble que le règne de Sélim II ait été marqué par la dominance des femmes de son harem. Un règne où les femmes étaient particulièrement puissantes. À partir de ce scénario, on peut conclure que Caecilia devait avoir une influence certaine à la cour, proche de celle du Sultan.

        J'aime

      • Un p’tit bonjour d’une famille qui a parcouru aussi le monde suite logique de nos ancêtres les LE VENIER de la Grossetière, deux neveux des Doges arrivés en France dans le sillage des VISCONTI au 15ème, Sébastien et Antoine le Venier, famille de riches marchands, certe, mais aussi famille de grands marins à la tête d’Armadas puissantes, qu’ils mettaient au service des Rois, avec toujours un retour sur investissement…super négociants, super financiers, super débrouillards….

        Vos Cousins de l’Océan Indien!

        J'aime

      • Bonjour à vous! Je suis toujours très heureux de lire ce genre de témoignage. Il semble que les multiples chemins qu’on emprunté les Venière, à travers l’histoire, soient complexes et difficiles à retracer. Ils en sont d’autant plus super fascinants!

        J'aime

  2. Je suis très contente d’être tombé par hasard sur ton blog. Merci « le bouton partage de Facebook »! Ca fait très longtemps que je recherche un blog comme le tient: avec des textes faciles à comprendre, accessibles, originaux et que je peux partager à mes amies sans les ennuyer (oh discipline que j’aime tant).
    C’est exactement grâce à des anecdotes historiques de ce genre qu’un certain professeur du secondaire m’a donné la piqûre. Je serai bientôt, soit cette automne, étudiante en histoire à l’Ulaval moi aussi 😉 Je te souhaite une bonne continuation dans tes études et tes projets. Au plaisir de te relire comme à chaque soir!

    J'aime

    • Merci beaucoup, j’apprécie! 🙂 Je pense que, comme étudiant en histoire, on a le devoir de la communiquer et de la partager. Il faut l’extraire du domaine académique pour la livrer au domaine public. L’anecdote a un pouvoir insoupçonné: elle peut insuffler le désir d’apprendre et susciter la curiosité intellectuelle. C’est une méthode, je pense, à ne pas négliger pour garder l’histoire vivante. Bonne chance à toi aussi dans tes études!

      J'aime

  3. Un gros merci à toi aussi! J’adore définitivement ta façon de penser, je suis sûr que tu seras un bon enseignant et un excellent pédagogue. 😉 Si seulement il y aurait plus de profs avec cette mentalité au secondaire ou au Cégep, plus d’étudiants seraient motivés et voudraient parler d’histoire. Je suis la seule de mon programme à m’inscrire en histoire à l’Université sur environ 60 étudiants. Je trouve cela vraiment dommage que peu de gens se dirige dans ce domaine, peut être à cause de mauvaises expériences au secondaire ou d’idées préconçues. Je me suis souvent fait dire « Pourquoi tu vas en histoire? Ca mène à rien… » Watch me!

    J'aime

  4. Excellent goods from you, man. Adult web Step into this I have understand your stuff previous to and you are just too fantastic. I actually like what you’ve acquired here, certainly like what you’re stating and the way in which you say it. You make it entertaining and you still care for to keep it sensible. I can not wait to read much more from you. This is really a tremendous Adult web Step into this informations.

    J'aime

  5. Bonjour,….
    Mon nom est Pierre Gagnon Nouveau-Brunswick.
    Je suis tombe sur toi par pur hazard.
    Je suis un descendant de Joseph Gagnon et Olivette Veniere (marie en 1802).
    Les parents d’Olivette etaient Nicolas Veniere et Marie-Jeanne Sedilot.(maries le 16 mai 1768, a l »hopital generale de Quebec. Les parents de Nicolas etaient, Dominique Veniere (ne a St. Pierre de Venise) et Catherine Vidote Maluza. Si , par hazard que vous avez des renseignements supplementaire, je serais tres reconnaissant.

    Pierre Gagnon

    J'aime

    • Bonjour Pierre
      Il est toujours intéressant de croiser quelqu’un affilié de près ou loin à sa famille. Je n’ai pas beaucoup plus d’informations sur Olivette Venière et Joseph Gagnon, sinon qu’ils se marièrent le 30 mai 1802.
      Olivette semble être née en 1797 à St-Roch, Québec, et on ignore la date de son décès. On retrouve sa trace dans la généalogie acadienne, on peut donc déduire qu’elle est partie de Québec suite à son mariage pour les régions de l’est. Je n’ai pas d’information concernant Joseph Gagnon.

      Par contre, je possède une vaste généalogie des Venière du Québec et des Venier de Venise, qui remonte jusqu’au 13e siècle. Nicolas Venière, mari de Jeanne Sédilot (sa 2e épouse à Québec), est le premier Venière au Canada («Venier» se prononce «Vénière» en italien, d’où l’appellation française). Il est arrivé ici en 1761 a bord d’un corsaire nommé La Belle Françoise, parti de Gênes quelques semaines plus tôt.

      Concernant les parents de Nicolas, Domenico Venier et Catharina Vidote dit Maluza, je manque d’informations à leur sujet. En fait, je cherche depuis longtemps à quelle branche des Venier Domenico appartient. Je ne le trouve nulle part dans les informations trouvées dans les livres et sur internet. Je réalise, au passage, que l’histoire de Venise est généralement très mal connue, et assez difficile d’en recoller les morceaux. Malgré l’imposante généalogie du Canada et de Venise que j’ai en main, je suis incapable de connecter les deux, car je ne peux retracer Domenico. Si, vous, vous possédez des informations supplémentaires à son sujet (date de naissance, nom du père), j’en serais très intéressé!
      Sinon, j’espère que les quelques informations, fragmentaires j’en conviens, que je vous ai données vous seront utiles!

      Au plaisir,
      Samuel Venière

      J'aime

      • Joseph Gagno et Olivette Veniere on eu Vincent, Francois-Xavier et Philippe (mon ancetre). Le beau-frere d »Olivette, l’abbe Antoine Gagnon est venu en acadie en 1809. Apres le deces de son frere Joseph il fit venir Francois-Xavier et Philippe au N-Brunswick au debut des 1820….par la suite la veuve Joseph Gagnon (Olivette) est venu les rejoindre. Elle mourut en 1843.
        On possede au Centre d’etudes acadiennes a l’Universite de Moncton, dont j’ai des copies, 3 lettres qu’Olivette a ecrit a ses fils…tres interessant.
        Moi, j’ai en ma possession (histoire orale de mes ancetres) une saliere et poivriere que Nicolas aurait eu en cadeau de noce 1768 de ses parents Domenico et Catharina……

        a bientot
        Pierre.

        J'aime

      • Wow! Fascinant! … une salière et une poivrière, génial! Si ces objets datent bien de cette époque, vous détenez là un formidable petit bout d’histoire! 😀
        Je serais très curieux de voir ces objets!

        Très intéressant, les lettres d’Olivette. Merci pour la date du décès et les précisions quant au moment de sa venue en Acadie: tout cela est éclairant!

        Samuel

        J'aime

      • On semble tous bloquer au même endroit pour Domenico et Catharina… moi aussi je cherche en vain…
        Je suis issue de Dominique, Nicolas, Henri, Joseph, et Cédulie qui elle a épousé mon arrière-grand-père Villebon Garant. J’ai de très jolies photos d’elle si celà vous intéresse.
        Je vais vous suivre fidèlement.
        Hélène, Québec, Qc.

        P.s. mon logiciel de généalogie est d’avis que Nicolas Venière était un peu trop âgé (1822) pour avoir sa fille Olivette en 1897… qu’en pensez-vous? ;-)))

        J'aime

      • Juste un p’tit mot. J’ai change d’adresse courriel. gagnonph@xplornet.ca et mon nouveau numero de tel. est (506)576-2345. J’espere que tu te portes bien. L’automne est bien commence et l’hiver approche a grand pas…..En te souhaitant une bonne sante

        Pierre H. Gagnon

        J'aime

  6. Pingback: google

  7. Bonjour,

    C’est vrai que c’est toujours ammusant de lire des morceaux d’Histoires à travers les histoires de familles. Pour ma part, j’habite à Sydney (Australie), mais je sais que ma famille vient des Venier de la ville de Venise, qui auraient émigré près de Nantes à Pornichet (au 17ème siècle je crois me souvenir) pour s’établir comme banquiers. Une partie de cette famille vit encore là-bas et une autre (la mienne) a émigré dans le nord de la France (où je suis né). Ce qui est intéressant est que chacun fait remonter les origines à Venise, ce qui monre que nous devons donc bien, très lointainement, être cousins. En termes d’objet, le plus ancien que nous avons à ma conaissance, est un très beau grand portrait de Jules Venière exécuté par un peintre du Nord (Pharaon de Winter) en 1870 (ainsi qu’un autre de son épouse). Bon courage dans vos recherches !

    Frédéric (Venière)

    J'aime

    • Bonjour Frédéric

      Super! Oui, je crois que nous avons tous un petit morceau d’histoire des Venière, chacun de notre côté. S’il nous venait de mettre tous ces artefacts ensemble, nous pourrions reconstituer une histoire plus complète de notre famille. Nous sommes sans doute, oui, cousins très éloignés dans le temps et l’espace. Les premières mentions des Venier en Vénétie date du 11e siècle, dans un acte de vente de terrain près de Chioggia, un village de pêche. L’origine nord-italienne des Venier a été confirmée sur tous les moteurs de recherches et de généalogie italiennes que j’ai consulté.

      Leur histoire est incroyable:profitant des affres de la quatrième Croisade pour être anoblie, la famille s’établit sur l’île de Cerigo, qui devient son fief de 1207 jusqu’en 1797. Tout de même près de 700 ans! Haut et bas dynastiques, ils sont tantôt exécutés pour avoir soulevé le peuple lors de la révolte de Candie (Crête. Sous Tito Venier), tantôt acclamés pour avoir vaincu les Turcs à Lépante. Ici, au Québec, les Venières ont eu de modestes professions: ébénistes, menuisiers, bâtisseurs.

      Il faut être fiers de ce patrimoine, qui demeure encore inconnu en majeure partie. Les informations dont je dispose sont fragmentaires, mais je compte bien rassembler tout ça dans un ouvrage écrit, un jour! Merci pour les bons mots. Très heureux de faire votre connaissance «virtuelle» 😉

      Samuel

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s