La pierre de l’Ordre des chevaliers de Malte : Une fenêtre sur un passé méconnu

La Ville de Québec est décidément bien unique. Elle est non seulement la seule ville d’Amérique du Nord toujours entourée de remparts, mais elle détient son propre château, soit le Château Frontenac, inauguré en 1893 et nommé en l’honneur de Louis de Buade (1622-1698), compte de Frontenac. Absolument indissociable de l’image de la Vieille-Capitale, sa majestueuse stature émerge de la cité tel un pic et domine le fleuve St-Laurent des hauteurs de la terrasse Dufferin. Le célèbre hôtel, dont l’architecture s’inspire des châteaux français de l’époque de la Renaissance, subit plusieurs transformations au fil du temps, comme l’ajout de la tour centrale en 1926. Témoin de l’histoire, ses murs logèrent Theodore Roosevelt et Winston Churchill lors de leur passage à Québec en 1943, réunis dans la Citadelle pour planifier des stratégies contre les forces de l’Axe. Maurice Duplessis, ancien premier ministre du Québec et fondateur du parti de l’Union nationale, y résida également un certain temps. L’hôtel expose d’ailleurs plusieurs images de ces événements et autres de son histoire dans les allées de ses étages inférieurs, près du Salon Rose.

À travers les nombreuses traces du passé reconnaissables sur ce château, une pierre en particulier retient notre attention. Malgré son âge vénérable, elle est méconnue des habitants de la Capitale. Presque dissimulée, celle-ci est incrustée au-dessus d’un passage voûté menant à la rue St-Louis sur la façade nord de la cour intérieure du Château Frontenac. En y portant attention, on remarque une stèle de dimension moyenne, soigneusement conservée, teintée d’un rouge vif et gravée d’une croix à huit pointes; c’est la pierre symbolisant l’Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean-de-Jérusalem, de Rhodes et de Malte (de son nom officiel). Mais qu’a donc cette pierre de si spécial? Pourquoi l’a-t-on conservé? Quelle est sa signification?

Pierre gravée pour le prieuré des Chevaliers de Malte, Québec, 1647

Cette pierre est en fait l’une de celles qui constituaient autrefois les fondations du fameux château St-Louis, situé sur l’actuelle terrasse Dufferin et nommé ainsi en hommage au Roi Louis XIII. Initialement construit par Samuel de Champlain en 1620, il s’agit de la résidence officielle du gouvernement de la Nouvelle-France. C’est en 1647 qu’on y sculpte cette croix de Malte, ce qui lui donne aujourd’hui plus de 350 ans! La stèle est donc largement antérieure au Château Frontenac.

L’Ordre des Chevaliers de Malte est une organisation catholique et militaire dont la création remonte à l’époque des Croisades, soit le 11e siècle. Le groupe réclame pour origine l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (ou « Ordre de l’Hôpital », « les chevaliers hospitaliers » ou simplement « les Hospitaliers »), un prieuré de moines guerriers fondé à Jérusalem en l’an 1048 pour assurer la sécurité des pèlerins occidentaux venus trouver l’absolution divine en Terre Sainte. Leur patron spirituel est alors Saint-Jean Baptiste. Plusieurs de ces groupes, traditionnellement constitués de membres issus de la chevalerie et de la noblesse chrétienne, ont survécu à l’épreuve du temps, et ont traversé les siècles pour se rendre jusqu’à nous. La tradition veut que les chevaliers de Malte eussent déjà été en présence active dans la cité de Québec au 17e et au 18e siècles. Ce sont des capitaines de bateaux, des hommes d’affaires, des diplomates, etc. Le fils cadet de Montcalm en sera un.

Si Samuel de Champlain n’était pas l’un d’eux, sont adjoint, De Lisle faisait bien partie de l’Ordre. En 1647, le gouverneur de la colonie est Charles Huault de Montmagny, également chevalier de Malte. La même année, il reçoit un cheval (le premier au Canada et le seul pendant presque 20 ans) des habitants de Québec s’étant cotisés pour le lui offrir. En effet, on ne pouvait imaginer un chevalier sans cheval! Il semble que Montmagny était  particulièrement infatigable dans ses efforts pour promouvoir les intérêts de l’Ordre dans la colonie. La pierre de Malte s’inscrit directement dans cette logique de promotion. Rappelons que la mission des premiers colonisateurs porte un puissant message religieux. La France, dans son expansion, n’apporte pas que le savoir et la  civilisation dans les « Indes occidentales », mais aussi ses croyances. Dans un monde en féroce compétition comme celui de l’ère coloniale en Amérique du Nord, il importe de montrer que Dieu est de son côté.

En 1759, lors de la conquête anglaise de la Nouvelle-France, un incendie vient à bout du  château St-Louis. Ce n’est qu’en 1784, lors de fouilles sur la terrasse Dufferin, qu’on retrouve la pierre de Malte. Elle est, par la suite, intégrée à l’architecture extérieure du Château Frontenac et accompagnée de l’inscription suivante: « Stone carved for the priory of the knights of Malta, Quebec, 1647» («Pierre gravée pour le prieuré des Chevaliers de Malte, Québec, 1647»). En réalité, il n’y eu jamais de « prieuré » au Québec. Malgré ce qu’on pu penser les anglophones du XIXe siècle, les prieurés ont toujours été européens. L’emplacement actuel de la pierre se justifie non seulement par le fait que le luxueux hôtel se trouve sur le site de l’ancien château du gouverneur, mais aussi puisque l’on sait que le compte de Frontenac, Louis de Buade, était également chevalier de Malte. Pour ces raisons, l’endroit était donc tout désigné pour permettre à la stèle de garder une place vivante dans la mémoire collective.

Emplacement de la pierre.

L’Ordre de Malte est l’un des rares ordres fondés au Moyen Âge à être encore actif aujourd’hui, après plus de 960 ans d’histoire. Leur patron, Saint-Jean Baptiste, deviendra celui des Français du Canada lors des premières célébrations de la fête nationale du Québec en 1834 (La Pape Pie X le reconnaîtra officiellement en 1908), organisées par Ludger Duvernay, imprimeur et patriote québécois, pour défendre la langue française face au pouvoir britannique. Tout au long de cette période, l’Ordre demeure fidèle à sa mission et à ses engagements. Il apporte, entre autres, une assistance médicale et humanitaire dans certains pays dans le besoin, particulièrement lors de catastrophes naturelles. Sa mission s’est vue intensifiée surtout pendant les deux Guerres mondiales grâce à la contribution des Grands Prieurés et des Associations nationales. De fil en aiguille, leurs projets prennent de l’ampleur. Ceux-ci touchent actuellement plus de 120 pays dans le monde, notamment au Brésil, en Afrique de l’ouest, au Proche-Orient et en Inde, dû au travail de plus de 13 00 bénévoles laïcs des Chevaliers et des Dames de l’Ordre provenant de toutes les classes sociales et quelques centaines de religieux.

La pierre demeure aujourd’hui visible à tous, ancrée dans le Château Frontenac comme une empreinte indélébile du passé. Elle rappelle un temps où le destin de la colonie était, pour le meilleur et le pire, intimement lié à celui de la religion. Pour un passant non informé, il ne s’agit que d’une autre des millions de pierres qui constituent la charpente de la cité. Pour les historiens, amateurs comme les spécialistes, c’est une fenêtre ouverte sur un héritage culturel historique et méconnu.

Samuel Venière

Cynthia Labonté

_________________________________________________________________________________________

Un certain nombre d’informations soulevées dans cette capsule sont tirées d’un entretient privé avec Christian Samoisette, Chevalier de Grâce Magistrale de l’Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean-de-Jérusalem, de Rhodes et de Malte (Ordre de Malte Association Canadienne).

Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.

2 réflexions sur “La pierre de l’Ordre des chevaliers de Malte : Une fenêtre sur un passé méconnu

  1. Vous parlez dans votre texte de travaux sur le terrasse Dufferin en 1784 mais je crois que la Terrasse Dufferin ne date que de 1838…Quels étaient donc ces travaux ?

    J'aime

    • Vous avez tout à fait raison. L’article devrait plutôt dire « sur le site de l’actuelle terrasse Dufferin ». J’apporte la correction sans tarder. Merci de la remarque!

      Les travaux effectués en 1784 sont ceux ordonnés par le gouverneur Frederick Haldimand, pour la construction de sa nouvelle demeure.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s