La Maison Blanche de Québec: fief d’un redoutable homme d’affaire

« La mémoire est une ingrate, quand elle nous apprend un nom, elle nous en fait bien vite oublier un autre. »– Adolphe Houdetot

L’autre soir, j’ai pris une courte marche jusqu’à la Maison blanche. Non pas la résidence présidentielle à Washington (Google Map m’informe que cela me prendrait à peu près 228 heures pour m’y rendre à pied, ce que qui n’est exactement l’idée que je me fais d’une « courte » marche), mais plutôt la maison construite en 1678 par Charles Aubert De La Chesnaye, le plus riche homme d’affaires de l’époque en Nouvelle-France.

De Fer 1696

Carte du siège de Phips par Nicolas De Fer, 1696. Cette carte est une découpe faite pour l’article présent, mais on on remarque, sur la carte d’origine, plusieurs propriétés adjacentes à la Maison appartenant à De La Chesnaye. (Crédits BanQ) (1)

La carte qui précède a été produite par Nicolas De Fer, géographe, marchand de cartes et d’estampes réputé, pour illustrer le siège de Québec par William Phips en 1690. Une date qui marque notre imaginaire grâce à la fameuse phrase de Frontenac, trop fier pour ne répondre aux Anglais par autre chose que « la bouche de ses canons ». Il est toujours amusant de rappeler, à propos de cet épisode, qu’il s’agissait en fait là d’un de ces bluffs terribles qui a parfois été suffisant pour déjouer l’histoire. En réalité, la position de Frontenac était, on le sait, beaucoup moins avantageuse qu’il ne le laissait croire :

En ce jour d’octobre 1690, l’amiral Phips, sûr de lui, envoie le major Thomas Savage auprès de Frontenac. Dès que l’émissaire anglais débarque sur la côte, on lui bande les yeux. On ne tient pas à ce qu’il voit la faiblesse des défenses de la ville. De plus, dans l’espoir de lui faire croire que le chemin qui mène au fort est infranchissable, deux sergents lui font emprunter des sentiers impraticables. Puis, pour le convaincre que Québec regorge de défenseurs, de surcroît nullement impressionnés par la présence de tous ces navires ennemis sur les eaux du Saint-Laurent, quelques habitants rient, courent autour de l’émissaire et se rangent comme si une foule compacte fermait le passage. Enfin, pour s’assurer que l’effet désiré soit bien obtenu, une douzaine d’hommes, passant et repassant autour de lui, le pressent et le bousculent tout au long du trajet. – Pierre Rousseau – Historien et archiviste (2)

La ruse portera ses fruits! Toujours est-il que cette année là, une intrigante mention est présente sur la carte de De Fer:  « La Maison Blanche ». Vous êtes sans doute déjà passé devant un nombre incalculable de fois sans avoir connaissance qu’il s’agit peut-être de la seconde résidence la plus ancienne de Québec, après la Maison Jacquet (Anciens Canadiens). Car cette demeure existe encore aujourd’hui, au 870 rue St-Vallier est. C’est la résidence secondaire de Charles Aubert De La Chesnaye, un des hommes les plus influents de son temps.

wp-image-323645009jpg.jpg

La Maison blanche, telle qu’elle apparaît aujourd’hui. Crédits Samuel Venière

À la conquête du Monde

Chesnaye

Charles Aubert De La Chesnaye (Source: DBC Canada)

Charles Aubert de la Chesnaye est un curieux personnage. Homme modeste devenu riche, nous n’avons pourtant toujours aucune idée de quand et comment il a acquis sa fortune (3). Toujours est-il qu’il parvint à se procurer, par l’entremise d’enchères en France, le monopole de Tadoussac sur la traite des fourrures et les taxes sur les peaux de castor et les peaux d’orignal en 1663, pour la coquette somme de 46 500 livres. Il en va ainsi des affaires coloniales, en France.

Il possède des entrepôts  à Québec qui lui rapportent gros. Si gros que cela dérange. En 1664 les  habitants de Québec l’accuseront de vendre ses marchandises à des prix dépassant le tarif imposé, ce que notre homme ne niera qu’en partie. C’est là une affaire ne lui nuira aucunement, car la même année, dans la foulée du grand projet du roi de réorganiser les colonies, le Canada devient la propriété de la Compagnie des Indes occidentales. Homme d’une influence surprenante, De La Chesnaye devient le représentant de cette compagnie en 1666. Colbert, l’illustre ministre des finances du Royaume lui-même, reprendra à peu près ses arguments pour répondre par la négative à l’intendant Talon luttant contre ce monopole et qui, selon lui, nuit à l’initiative des colons. Il devient progressivement le maître de toute une ramification d’industries et de commerces, allant de l’exploitation minière et forestière en passant par  la pêche, la fabrication de briques, etc. Bref, en quelques années à peine, De La Chesnaye est devenu l’homme d’affaire le plus en vue de son temps au Canada. Insatiable, il part à la conquête commerciale de l’Europe.

05_verres_lunettes.jpg

Verres et monture de lunettes, cachet de cire, perles de verre, peigne et poignée de chantepleure, retrouvés dans la maison de Charles Aubert De La Chesnaye, contexte 1679-1700. Collection archéologique de référence de Place-Royale, photographie Brigitte Ostiguy. (4)

De 1672 à 1678, il réside à La Rochelle, d’où il tire plus aisément les ficelle de son entreprise lucrative et s’insère dans la haute finance française. Il devient une des figures de proue de cette métropole au cœur des relations France-Canada, s’imposant comme un un maillon incontournable du commerce transatlantique.

La Chesnaye fut une des figures les plus en vue du monde des affaires de La Rochelle, qui était alors une ville très animée. –  Dictionnaire biographique du Canada

En 1678, de retour a Québec (C’est là qu’il entreprendra la construction de la Maison blanche), la nécessité de répondre à un engagement commercial l’oblige à hypothéquer tous ses bien, et donc à en faire l’inventaire dans un acte notarié nous donnant une vue d’ensemble de l’étendu de sa fortune: elle se chiffre à 476 000 livres, soit l’équivalent d’un peu plus de 1 000 000$ actuels (5). Ce n’est là que l’inventaire de ses biens, car sa véritable fortune se trouve dans ses investissements, qui lui rapportent gros (dès 1680, il effectue des transactions commerciales qui, individuellement, dépassent ce montant).

Malgré sa richesse, De La Chesnaye vit relativement humblement en sa demeure, et réinvesti presque tous ses gains dans les affaires coloniales, souvent à pertes.

Contrairement au marchand forain, qui repartait en France avec les bénéfices réalisés dans son commerce au Canada, La Chesnaye plaçait ses gains dans la colonie et prêtait de l’argent aux habitants. Ce sont en grande partie ces méthodes qui, malheureusement, le conduisirent en fin de compte à la ruine ; et c’est sans doute ce qui explique pourquoi si peu de gens suivirent son exemple. – Dictionnaire biographique du Canada

Le déclin de l’empire américain

L’année 1682 marque le début du déclin. Un plus tôt, il fondait, avec Pierre-Esprit Radisson, la Compagnie de la Baie d’Hudson, afin de faire compétition à la compagnie anglaise du même nom. Mais les rapports se dégradent entre les deux hommes, et la compagnie affiche rapidement des pertes énormes. Et puisqu’un malheur ne vient jamais seul, un incendie détruit plusieurs entrepôts lui appartenant la même année en basse-ville de Québec. Encore là , il épuisera toutes ses réserves pour prêter de l’argent aux citoyens de Québec qui, eux, ont tout perdu.

Cela ne l’arrête pas. Il n’a de cesse d’investir dans la colonisation et d’acheter d’autres seigneuries: Madawaska, sur la rivière Saint-Jean; Yamaska, sur la rive sud du Saint-Laurent, près de Trois-Rivières, Saint-Jean-Port-Joli et Le Bic, en aval de Québec, Percé, conjointement avec nul autre que Pierre Denys de la Ronde, un autre redoutable homme d’affaire. Il administrera ces propriété pendant de nombreuses années, investissant, le plus souvent, à perte dans leur développement.

5579698885_bd47da881b

la Maison blanche, résidence de Charles Aubert De La Chesnaye. Crédits: Nicolas Roberge Flickr

Même si ses meilleures années sont derrière lui, De La Chesnaye complète son cursus honorum (littéralement « la carrière des honneurs » en latin, expression par laquelle les Romains décrivaient le parcours professionnel menant à la politique) en 1693, alors qu’il est anoblit par Louis XIV, en remerciement pour ses efforts de colonisation. Loin de de se désintéresser des affaires (Il a alors 61 ans), il demeure actif dans le commerce jusqu’à la fin de sa vie en 1702, n’arrêtant de souffler qu’une fois le rang des plus grands financiers de son époque atteint. Profondément pieux (sur 35 livres de sa bibliothèque, tous sauf trois sont religieux), il est aussi le reflet des préoccupations de son temps:

Certains historiens ont fait remarquer que la société, profondément catholique, de l’ancien régime n’approuva jamais entièrement le mode de vie de la bourgeoisie, qui était fondé sur les gains illicites et sur le profit. Les bourgeois, afin de dissiper ces doutes et de se faire accepter, versaient une partie de leur argent en legs et en dons aux églises et aux communautés religieuses. L’exemple de La Chesnaye semble confirmer cette thèse. -DBC

Des marques dans la ville

La Maison Blanche maison est la deuxième résidence de De La Chesnaye, construite en 1678. Il la construit sur ce qui s’appelle alors le fief Saint-Joseph, ou de l’Espinay, qui sétend de l’actuelle rue Saint-Vallier jusqu’à la rivière Saint-Charles. Sa demeure principale, qui lui sert aussi d’entrepôt, se trouve plutôt sur la rue Sault-au-Matelot, près du petit Champlain, où une plaque commémorative nous rappelle son passage:

chesnaye

Plaque posée à même le bâtiment qui occupe aujourd’hui la demeure de De La Chesnaye, aux angles des rues Côte de la Montagne et Sault-au-Matelot. Crédits Samuel Venière

 

De La Chesnaye se maria trois fois, chaque fois à d’éminentes familles canadiennes. En 1664, il épousa Catherine Gertrude, agée de 15 ans, la fille de Guillaume Couillard et de Guillemette Hébert (fille de Louis Hébert) , mais elle meurent la même année en donnant naissance à leur fils.  En 1668, il se marie avec Marie-Louise Juchereau de La Ferté, fille de Jean Juchereau. Elle meurt à 26 ans, à La Rochelle. Il épouse ainsi, en troisième noce, Marie-Angélique, fille de Pierre Denys de la Ronde. 11 enfants, résultats de ces mariages, atteindront l’âge adulte. L’un d’eux, Pierre, est l’arrière-grand-père de l’auteur du roman les Anciens Canadiens, Philippe-Joseph Aubert de Gaspé.

Agrandie, incendiée, reconstruite en partie, la Maison Blanche a supporté les épreuves du temps. Haut lieu des personnages de pouvoir, elle fut, après De La Chesnaye, la résidence d’Henry Hiché (Qui donna son nom au Faubourg Hiché, le plus ancien de Québec, qui est aujourd’hui St-Roch) et de William Grant, un Anglais qui s’empara de tout le faubourg après la conquête (8), avant de devenir le Manoir Saint-Roch.

Il y a de ces lieux séculaires dont on ignore l’existence et qui, pourtant, sont une partie indispensable de notre passé, de notre identité historique. Mais quand on ne sait pas, on ne peut avoir un regard clair sur les choses. La prochaine fois que vous passerez dans le coin, gageons que vous jetterez désormais un bref coup d’œil, en vous souvenant, peut-être, que là se sont peut-être scellés des enjeux auxquels nous devons beaucoup.

Bbibliographie

  1. Quebec ville de l’Amérique septentrionale dans la Nouvelle France avec titre d’eveché, BAnQ en ligne.
  2. Pierre Rousseau, Le fin mot de l’histoire: «Par la bouche de mes canons» — Louis de Buade, comte de Frontenac et de Palluau ,  Le Devoir 7 juillet 2003.
  3. AUBERT DE LA CHESNAYE, CHARLES, Dictionnaire Biographique du Canada
  4. Maison De La Chesnaye, Patrimoine: l’archéologie à Québec, Ville de Québec.
  5. Ibid.
  6.  Saint-Roch: Un quartier en constante mutation, Les premiers Résidents. Les Quartiers de Québec, Ville de Québec.
  7.  http://www.chaletestrie.com/
  8. http://www.archeologie.qc.ca/images/articles/VQ_CahierArcheologie_Lres.pdf

L’horreur en spectacle: délinquants et bourreaux en Nouvelle-France

« C’est grand pitié que d’estre vieux, mais il ne l’est pas qui veut » – Jacques Lagniet

Vous êtes du genre à « blasphémer »? Soyez discret, car depuis 1666, tous les blasphémateurs, qui auront été repris sept fois, auront la lèvre supérieure coupée. Tenez votre langue, car à la huitième offense, elle vous sera enlevée. Voilà ce qu’on appelle, dans le jargon judiciaire du temps,  l’abcision: l’« action par lequel, en exécution d’un jugement, le bourreau coupe un membre à un condamné »(1). Si la sentence nous paraît sévère, exagérée, le contexte peut nous aider à comprendre:

Le verbe primait en Nouvelle-France, il supplantait l’écrit dans une société ou l’analphabétisme prévalait. On donnait sa parole. Celle-ci était une marque de confiance dans cette société. Les réputations se faisaient et se défaisaient par elles. – André Lachance (2)

Le supplice de la roue: Un condamné recevant des coups de barres, destinés àa lui briser les membres, avant d'être laissé pour mort sur une roue. « Les images de la justice dans l’estampe, de 1750 à 1789 ».

Le supplice de la roue: le condamné reçoit des coups de barres, destinés à lui rompre les membres à vif, avant d’être laissé pour mort sur une roue, face contre ciel. « Les images de la justice dans l’estampe, de 1750 à 1789 ».

L’histoire de Québec est, à bien des égards, une histoire violente. Les crimes ne sont pas rares, et ils sont durement punis par la justice, censée montrer l’exemple. La plupart du temps, ce sont des délits mineurs: vols, insultes, voies de fait. Une criminalité du quotidien qu’on attribue à quelques délinquants, qui « contaminent » la bonne société. Et pour éviter cette contamination, il faut dissuader ceux qui seraient tentés de les imiter.

Voici pourquoi les sentences graves sont presque toujours publiques. Les exécutions ont lieu devant la foule, dans les endroits les plus achalandés de la villes, dans une mise en scène calculée où la souffrance et la misère des condamnés sont offertes en spectacle par l’exécuteur des hautes-œuvres – littéralement, le bourreau – dans le but de saisir les esprits, de marquer l’imagination par la violence, la peur et le dégoût.

Transgresser

Parce qu’on tient la parole en si haute estime, une simple insulte peut mener devant les tribunaux royaux. La violence verbale est omniprésente, dans cette société ou la rudesse, voire même la brutalité des attitudes constituait la norme. La parole jaillit spontanément, et la réponse est immédiate. Mais de quoi s’insulte-t-on, au temps du régime français? Le registre est plutôt riche.

Nouvelle-France en 1749, selon Francis Back

Nouvelle-France en 1749, selon Francis Back. Scène de de la vie quotidienne, jour de marché.

Pour injurier une femme, le répertoire sexuel est particulièrement exploité. Les insultes les plus graves sont celles de « putain publique », « putain d’ivrognesse », « garçe », « maquerelle », « coureuse de garçons ». Ce sont des injures très répandues dans la colonie. Pour une femme, être accusée de prostituée est la pire des insultes, la plus déshonorante, car celle qui portent le plus attentes à ses mœurs. Pour les hommes, les pires injures sont celles qui s’attaquent à leur honnêteté; les plus répandues sont « fripon » et ses synonymes, « voleur, coquin, gueux, maraud, receleur, faquin, canaille et cartouche » (3). On les compare aussi parfois aux animaux; « bougre de chien », « cochon », « élan », « vilaine » sont tout aussi fréquents.

Ces agressions verbales sont souvent punies par des amendes qui peuvent être très élevées. En novembre 1728, Charlotte Turpin, une fermière, dut payer 100 livres à sa maîtresse, Marie-Catherine Trottier – femme du soldat des troupes de la marine François Picoté du Belestre – pour l’avoir injurié de « gueuse » et de « putain ». En 1721, deux hommes de Québec durent verser « solidairement » une amende de 400 livres à Louise Quay, la fille d’un débiteur de boisson, pour avoir affirmé « avoir eu un commerce charnel avec elle ».

A Duel with Small Swords in 1760 by Percy MacQuoid, R.I., February 6, 1897

A Duel with Small Swords in 1760 by Percy MacQuoid, R.I., February 6, 1897

Reste que si la plupart des délits commis sont d’ordres mineurs, des crimes graves ont aussi lieu. Les duels, par exemple, sont très sévèrement réprimés: la peine mort y est la seule sentence possible, mais cela n’est pas assez. Les coupables ont parfois le poignet droit coupé avant d’être pendu. La dépouille est ensuite « salie » car traînée, face contre terre, à travers toute la ville jusqu’à la voirie (littéralement, le dépotoir) pour y être jeté, à travers les déchets et les immondices. Les biens du condamné sont ensuite saisis, laissant les membres de sa famille dans une pauvreté totale et le déshonneur le plus complet.

Pourquoi un homme voudrait donc ainsi risquer de terminer sa vie? L’honneur. C’est l’unique raison, et la plus importante. L’honneur, qui est l’apanage d’une élite sociale et des privilèges qu’elle s’offre et qui la distingue des couches sociales moins élevées. Car les gens du commun ne se provoquent pas en duel et cela s’explique notamment par le fait qu’ils n’ont pas le droit de porter l’épée, un privilège réservé aux nobles et aux soldats. Cela dit, tous les duels ne finissent pas par la mort d’un des participants. De 1608 à 1763, seules 9 personnes sont décédées des suites d’un duel.

Juger

Pour qu’un jugement soit émis, une plainte doit être portée aux tribunaux royaux – à Québec, cette cour de justice porte le nom de « Prévôté ». La justice française de l’époque, dite « inquisitoire » est radicalement différente de celle qui a été implantée après la conquête anglaise de 1760, dite « accusatoire », voire opposée:

Capture d’écran 2014-10-05 à 23.10.20Puisque l’accusé est coupable jusqu’à preuve du contraire, on recourt fréquemment à la torture pour obtenir des aveux, qui sont considérés comme « la reine des preuves ». Aucun témoignage n’équivaut à un aveu. Toute la procédure judiciaire tourne autour de celui-ci, car un accusé ne peut être condamné à mort sans avoir avoué son crime. Tout est mis en œuvre pour les obtenir, la justice étant très pointilleuse en ce qui concerne les preuves, exigeant qu’elles soient « plus lucides que le clair jour luisant à midi », selon une vieille formule (4). Les aveux sont obtenus de gré ou de force, en utilisant la torture au besoin. On dit alors qu’on soumet l’individu à « la question ».

Avant de subir la question, l’individu était laissé de huit à dix heures sans manger. Il était ensuite  examiné par un chirurgien, qui évaluait sa capacité physique à subir la torture. Le maître des hautes œuvres administrait ensuite la question. Les magistrats de Paris utilisèrent souvent le supplice de l’eau ou des brodequins, pour l’épreuve de la question; à Louisbourg, on utilisa le supplice du feu, mais dans la colonie laurentienne, les juges n’utilisèrent que les brodequins. Voici en quoi le procédé consiste:

Les jambes du détenus lors du supplice du brodequin.

Les jambes du détenus lors du supplice du brodequin.

Puis l’exécuteur déchaussait le condamné, l’asseyait sur le «siège de la Question », le mettait « nues jambes », plaçait celle-ci entre quatre « bouts de planches » de bois dur (habituellement du chêne) qu’il attachait et serrait fortement avec de la corde. Ensuite commençaient les tourments. Le bourreau, après avoir inséré un coin de bois entre les jambes et la planche au niveau des genoux, frappait fortement sur le coin. […] Chaque fois que l’exécuteur frappait sur un coin, le juge demandait au supplicié d’avouer et le greffier notait fidèlement, souvent textuellement, la réponse dans un registre. – André Lanchance (5)

Normalement, les juges n’en viennent pas tout de suite à la torture. On commence par montrer au condamné tous les outils qui seront utilisés pour le faire souffrir. Ce n’est qu’une fois que tous les moyens « pacifiques » ont été employés qu’on a recours à la question. Instrument légal apte à établir la vérité judiciaire, cette méthode répond à l’une des difficultés principales qu’un juge de l’époque avait à surmonter : réunir des preuves.

D’ailleurs, une fois ces preuves obtenues, habituellement les choses ne s’améliorent pas pour le condamné. Et c’est là que le bourreau entre véritablement en scène…

Punir

Il y a bien des façons de punir: carcan, brodequins, mutilations, fouet, pendaison, décapitation, flétrissure, galères; le choix de manque pas. Le carcan était un collier métallique ou en bois servant à attacher un condamné. Surtout utilisé pour les petits criminels, on dispose le malfrat en public, pendant quelques heures, exposé à l’humiliation publique. Le fouet est également très répandu et populaire. Tant utilisé pour les soldats que les citoyens, on prévoit habituellement un trajet marqué d’arrêts où le bourreau chaque fois inflige 6 ou 7 coups au condamné, dépendamment de la gravité du crime commis.

La flétrissure, une des multiples méthodes de châtiments non-mortels.

La flétrissure, une des multiples méthodes de châtiment non-mortels. Un des bourreaux applique le fer tandis qu’un autre agite une poignée de verge, appelée communément une « bourrée », d’où s’inspire le mot « bourreau ».

La flétrissure est le fait de marquer au fer rouge un condamné. Sous le régime français, on a l’habitude de marquer l’épaule ou la joue d’une fleur de Lis. On inscrit un « V » pour les voleurs, et « W »pour un voleur récidiviste. Nul besoin de mentionner que ces marques indélébiles changent définitivement la vie des affligés, notamment quand la flétrissure est au visage… et ça c’est quand la plaie ne s’infecte pas, ce qui est rare.

Après les avoir marqués des lettres « GAL » avec le fer, on expédie parfois les condamnés aux galères. Cette peine est une des pires imaginables, les chances d’y survivre étant quasi nulles. Les galériens sont expédiés en France, débarquent au port de La Rochelle ou autres, doivent traverser à pied une partie de la France, attachés à la chaîne des forçats, subissant les coups des gardiens en plus des injures et insultes des passants, pour enfin parvenir à Marseille. De là, embarqués à bord de ces galères glauques, propulsés par toute une force humaine asservie et maltraitée, ils sont nus jusqu’à la taille et enchaînés à leur banc jour et nuit, sous la menace constante du fouet. « À leur apogée, vers 1680, les galères du roi utilisaient un total de 7000 rameurs. »(6) Considérées comme trop coûteuses et peu efficaces, les galères sont abolies en 1749, et remplacées par le « bagne », un établissement pénitentiaire de travaux forcés, alors appelés « galères sèches ».

Que faire quand, par exemple, un condamné est en fuite? La peine est-elle abandonnée? Non. En aucun cas la peine ne peut être abandonnée, car ce serait là montrer que des crimes demeurent impunis. En l’absence des criminels, le châtiment s’effectue « par effigie ». La méthode consiste à peindre une représentation du condamné et d’appliquer le châtiment à cette image. Une scène qui devait, on se l’imagine bien, être légèrement moins spectaculaire que celle d’un supplicié bien vivant.

 Éxécuter

Un seul homme détient le droit légal d’enlever la vie en Nouvelle-France: le bourreau. Il joue un rôle crucial dans la colonie pour appliquer les châtiments corporels. Il incarne ni plus ni moins que le bras justicier du roi, infligeant dans la chair et les esprits la souffrance et la vengeance royale. Il n’y a normalement qu’un bourreau en Nouvelle-France. De quoi avait-il l’air? On pense qu’il était vêtu de rouge:

[…] son costume ressemblait à celui de l’exécuteur français, si l’on se fie à la liste de vêtements emportés par le bourreau Jacques Élie dans sa fuite vers la Nouvelle-Angleterre en 1710. On y retrouve en effet plusieurs vêtements de couleur rouge, comme des culottes de Mazamet rouges, un gilet et une chemise de même étoffe et de même couleur, ainsi qu’un autre gilet rouge – André Lachance (7)

Le maître des tourments est marginalisé et n’inspire que l’horreur et le dégoût. Les gens estiment qu’il est contaminé par la souillure des criminels qu’il châtiait. Marginalisé socialement, il l’est aussi physiquement dans la ville, vivant à l’écart des autres, dans une demeure fournie par l’État, éloignée du centre urbain. À Québec, il habite la « redoute du bourreau », une des tours de guet qui bordaient la muraille côté ouest de la ville. On peut encore aujourd’hui visiter le lieu où s’élevait le petit édifice, à l’extrémité ouest de l’actuel Parc de l’Artillerie, près des Nouvelles casernes.

Peu expérimenté d’abord, on le laisse habituellement se « faire la main » sur les criminels, mais on s’attend à ce qu’il ne rate pas l’exécution. S’il fait mal son travail, la foule peut rapidement s’emporter et même intervenir jusqu’à libérer le prisonnier, considérée comme une victime de l’incompétence de l’exécuteur. Sa maladresse peut même lui coûter la vie. Néanmoins, il a la chance d’avoir un salaire décent. À Québec, il est payé 300 livres par an, ce qui équivaut au salaire annuel d’un ouvrier spécialisé au milieu du milieu du 18e siècle (8).

Décapitation de Lally-Tollendal (1766). Le bourreau s’y reprendra à plusieurs fois pour trancher la tête.

Décapitation de Lally-Tollendal (1766). Le bourreau s’y reprendra à plusieurs fois pour trancher la tête.

La pendaison est la plus commune des peines capitales. Des 89 personnes qui furent condamnées à la peine de mort sous le régime français, 69 furent pendus (9). Les roturiers sont ainsi traînés sur la place publique, montés sur une échelle pour être attaché à la corde puis pendus, haut et court. La décapitation est, quant à elle, le privilège des nobles. Seuls quelques gentilshommes en écopèrent, pour peine d’avoir tué leur adversaire au cours d’un duel. Mais de ces quelques nobles condamnés, tous parvinrent à s’échapper avant de subir leur châtiment. Le supplice de la roue était sans doute la plus horrible des façons de mourir. C’était un des châtiments les plus douloureux car le bourreau brisait les membres du condamné encore en vie, avant de le laisser pour mort sur une roue, face contre ciel.

Conclusion

Cette petite criminalité nous renseigne bien plus sur le quotidien des gens, sur leur manière de régler les conflits, sur les sujets de discordes communs, que les crimes graves, beaucoup plus rares. Si la conquête anglaise voit abolir la torture judiciaire, la torture en tant que sentence n’est pas abandonnée, loin de là. Des supplices bien plus horribles que ceux ci-dessus mentionnés eurent cours encore longtemps. Très longtemps. À titre d’exemple, le dernier bourreau de France, Marcel Chevalier, demeura en fonction jusqu’au 9 octobre 1981, date à laquelle la peine de mort fut abolie dans l’hexagone. 1981…

Samuel Venière

Historien

_________________________________________________________________________________________

1. Saint Edme, Dictionnaire de la pénalité dans toutes les parties du monde connu, T.1.

2. Délinquants, juges et bourreaux en Nouvelle-France, André Lachance, p. 20.

3. Ibid., p. 23.

4. Ibid., p. 124.

5. Ibid., p. 127

6. Pascal Bastien, Normand Renaud-Joly. Les châtiments non mortels, Criminocorpus [En ligne] publiée le 13 janvier 2014.

7. Op. Cit., André Lachance, p. 201.

8. Centre d’histoire la Presqu’Île: Archives régionales de Vaudreuil-Soulanges, Valeur des choses dans le temps.

9 . Ibid., Lanchance, p. 148.

 _________________________________________________________________________________________

Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.

Un valet de coeur pour 50 livres : la monnaie de carte en Nouvelle-France

Que faire quand on manque de « piastres »? En 1685 à Québec, faute d’argent papier, on utilise des cartes à jouer. Comme on n’exploite pas de métaux précieux en Nouvelle-France au 17e siècle, les administrateurs comptent sur l’arrivée des bateaux à chaque fin de saison, qui transportent de la monnaie sonnante depuis la France pour payer les fonctionnaires, les fournisseurs, les soldats et les commis. Mais que faire quand le transport prend du retard? Pire encore, s’il n’arrive jamais? Afin de pallier à ce problème, un personnage va trouver une solution tout à fait innovatrice : une monnaie de papier faite de cartes à jouer! Ce qu’on sait peu, c’est qu’il s’agit du premier cas d’utilisation de papier-monnaie en Amérique du Nord, et l’un des premiers dans le monde.

Monnaie de carte du Canada valant 50 livres. Au verso, les signatures de Duplessis, Vaudreuil et Begon, 1714.

En l’an 1682, l’intendant de Québec est Jacques de Meulles. Il doit son poste à ses liens familiaux avec le ministre Colbert, alors contrôleur général des finances de France au service du roi Louis XIV. Il est responsable du développement de la colonie à une époque difficile : les nations iroquoises sont de plus en plus hostiles, alors que le gouverneur Joseph-Antoine Le Febvre de La Barre, avec lequel il s’entend plutôt mal, mène une administration désastreuse, notamment sur le plan militaire. Pour faire obstacle aux maraudes des « sauvages », le roi envoie en 1684 un détachement de soldats pour garder les dépôts de pelleteries, mais « il oubli[e] de le payer tout en ordonnant de le faire vivre ». Évidemment… Les chargements de numéraires en provenance d’Europe n’arrivent qu’en fin de saison (quand ils finissent par arriver), créant toujours beaucoup de confusion dans la colonie en manque de liquidités. Les habitants en viennent à commercer par le troc, à la manière des Amérindiens. Benjamin Sulte (1841-1923), historien, journaliste, homme politique et poète québécois, déplore cet état des choses, le qualifiant de « primitif » et « par trop gênant ».

C’est dans ce contexte de crise que l’intendant de Meulles invente, en 1685, une monnaie tout à fait nouvelle, faite de papier. Le principe est simple, mais bien pensé : l’intendant y écrit un certain montant, y appose sa signature et son sceau de cire. Sur le dos de la dame de trèfle, par exemple, on inscrit : «Bon pour la somme de quatre livres ». Une fois le navire du roi arrivé, il rembourse en espèce la monnaie de carte.

Un premier essai est fait en utilisant un simple bout de carton, qui servait de bon d’échange. À défaut d’imprimerie, on écrit ces bons à la plume et à défaut de carton on utilise du papier blanc. Or, ce dernier est trop mou, sans consistance et s’endommage facilement. Le roi n’approuve pas ce mode de paiement et refuse de payer les habitants qui en détiennent. C’est un premier échec. Cette forme de monnaie prend fin seulement un an plus tard, en 1686. Trois ans plus tard, vers 1689, de Meulles à l’idée d’utiliser l’endos blanc des cartes à jouer (comme celles que l’on connait aujourd’hui), qui, semble-t-il, abondent dans la ville de Québec. Son matériau est beaucoup plus résistant. Approuvées par le roi, ces cartes étaient signées à leur dos de la main de l’Intendant, du Greffier du Trésor de la colonie et du Gouverneur, avec la date d’émission.

Empire français d’Amérique (en vert), vers 1750.

Avec la bénédiction du roi, demande fut faite aux commerçants locaux d’accepter cette nouvelle monnaie d’échange, contre la promesse d’un remboursement en argent sonnant au retour des navires français. On utilise cette pratique pendant des années, mais elle prend fin vers 1717, car le gouvernement français n’arrive pas à rembourser l’intégralité des cartes qui transitent en Nouvelle-France. On évalue actuellement à deux millions de livres la monnaie de carte en circulation au pays vers 1714. À la même époque, certaines cartes à jouer valent jusqu’à 100 livres!
Quelques années plus tard, la monnaie de carte refait surface à la demande des commerçants. Cet argent papier équivaut à divers montants selon sa dimension. Par exemple, une carte entière pouvait normalement valoir jusqu’à 24 livres. Les cartes sont ensuite coupées en deux ou en quatre pour diviser leur prix. L’historien Marcel Trudel (1917-2011) en situe une utilisation en 1737, alors que Joseph Sévigny de la Chevrotière, un capitaine de navire membre d’une importante famille seigneuriale, achète une esclave de 13 ans de la nation des Renards au prix de 350 livres, prix habituel pour une jeune Amérindienne, qui équivaut toutefois, pour la même époque, à quatre fois le salaire annuel d’un ouvrier. La transaction, effectuée chez un notaire de Québec, rue St-Pierre en basse-ville, est entièrement réglée en monnaie-carte à jouer. Les autorités françaises procèdent à l’émission de ces cartes jusqu’à la chute de la Nouvelle-France, soit en 1763.

Le roi de cœur (2009), issu de la collection de monnaie de carte de la Monnaie Royale Canadienne. Prix: environ 90$.

De 1720 à 1760, d’autres formes de papier-monnaie voient le jour à Québec et en viennent à surpasser les cartes à jouer en popularité. Le « certificat », par exemple, est un montant certifié que les commerçants utilisent avec leurs fournisseurs, tandis que l’ « ordonnance de paiement » est un papier signé par l’intendant et qui est remboursable, au même titre que les cartes et les certificats, par une lettre de change du Trésor de la Marine. Après 1763, les Canadiens détiennent encore l’équivalent de quelque 16 millions de livres en monnaie de papier, dont seulement 3,8 % en monnaie de carte. Suite à sa défaite, la France ne remboursera pas la totalité du papier-monnaie. La plupart des habitants perdent alors confiance dans la monnaie de papier et se mettent à thésauriser chez eux, utilisant au besoin le légendaire « bas de laine ». Dans les livres d’histoire, on dépeint souvent cette monnaie-carte comme «originale» et «ingénieuse». Dans les faits, elle semble avoir affaibli l’économie de la colonie en plus de contribuer à la chute de l’empire français d’Amérique, car elle reposait davantage sur un gage de confiance des fonctionnaires que sur une contrepartie métallique.

Par la suite, d’autres types de monnaie firent leur apparition. On vit même circuler des boutons aplatis! Ces formes de devises finissent par embrouiller le système d’échange, si bien qu’on ne sût plus, pendant un temps, quelle monnaie accepter ou refuser, ni même leur valeur exacte. Si, malheureusement, aucun exemple de monnaie-carte à jouer n’a survécu jusqu’à nos jours, ce patrimoine demeure bien vivant. Pour preuve, à l’occasion du 400e de la Vieille-Capitale, la Monnaie Royale Canadienne a produit, une série « Monnaie de carte » en argent sterling à l’image de celles utilisées au 18e siècle, dont le prix varie autour de 90$ la pièce. Avis aux collectionneurs !

Samuel Venière
Cynthia Labonté

_________________________________________________________________________________________

Pour en savoir plus sur l’histoire de la monnaie canadienne, consulter l’extrait de La monnaie et la politique au Canada, disponible en format PDF ici

À voir aussi…

Martin Masse y consacre un article très concret dans son blog, traduit de l’anglais d’après une conférence donnée en Alabama en 2006

Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.

La pierre de l’Ordre des chevaliers de Malte : Une fenêtre sur un passé méconnu

La Ville de Québec est décidément bien unique. Elle est non seulement la seule ville d’Amérique du Nord toujours entourée de remparts, mais elle détient son propre château, soit le Château Frontenac, inauguré en 1893 et nommé en l’honneur de Louis de Buade (1622-1698), compte de Frontenac. Absolument indissociable de l’image de la Vieille-Capitale, sa majestueuse stature émerge de la cité tel un pic et domine le fleuve St-Laurent des hauteurs de la terrasse Dufferin. Le célèbre hôtel, dont l’architecture s’inspire des châteaux français de l’époque de la Renaissance, subit plusieurs transformations au fil du temps, comme l’ajout de la tour centrale en 1926. Témoin de l’histoire, ses murs logèrent Theodore Roosevelt et Winston Churchill lors de leur passage à Québec en 1943, réunis dans la Citadelle pour planifier des stratégies contre les forces de l’Axe. Maurice Duplessis, ancien premier ministre du Québec et fondateur du parti de l’Union nationale, y résida également un certain temps. L’hôtel expose d’ailleurs plusieurs images de ces événements et autres de son histoire dans les allées de ses étages inférieurs, près du Salon Rose.

À travers les nombreuses traces du passé reconnaissables sur ce château, une pierre en particulier retient notre attention. Malgré son âge vénérable, elle est méconnue des habitants de la Capitale. Presque dissimulée, celle-ci est incrustée au-dessus d’un passage voûté menant à la rue St-Louis sur la façade nord de la cour intérieure du Château Frontenac. En y portant attention, on remarque une stèle de dimension moyenne, soigneusement conservée, teintée d’un rouge vif et gravée d’une croix à huit pointes; c’est la pierre symbolisant l’Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean-de-Jérusalem, de Rhodes et de Malte (de son nom officiel). Mais qu’a donc cette pierre de si spécial? Pourquoi l’a-t-on conservé? Quelle est sa signification?

Pierre gravée pour le prieuré des Chevaliers de Malte, Québec, 1647

Cette pierre est en fait l’une de celles qui constituaient autrefois les fondations du fameux château St-Louis, situé sur l’actuelle terrasse Dufferin et nommé ainsi en hommage au Roi Louis XIII. Initialement construit par Samuel de Champlain en 1620, il s’agit de la résidence officielle du gouvernement de la Nouvelle-France. C’est en 1647 qu’on y sculpte cette croix de Malte, ce qui lui donne aujourd’hui plus de 350 ans! La stèle est donc largement antérieure au Château Frontenac.

L’Ordre des Chevaliers de Malte est une organisation catholique et militaire dont la création remonte à l’époque des Croisades, soit le 11e siècle. Le groupe réclame pour origine l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (ou « Ordre de l’Hôpital », « les chevaliers hospitaliers » ou simplement « les Hospitaliers »), un prieuré de moines guerriers fondé à Jérusalem en l’an 1048 pour assurer la sécurité des pèlerins occidentaux venus trouver l’absolution divine en Terre Sainte. Leur patron spirituel est alors Saint-Jean Baptiste. Plusieurs de ces groupes, traditionnellement constitués de membres issus de la chevalerie et de la noblesse chrétienne, ont survécu à l’épreuve du temps, et ont traversé les siècles pour se rendre jusqu’à nous. La tradition veut que les chevaliers de Malte eussent déjà été en présence active dans la cité de Québec au 17e et au 18e siècles. Ce sont des capitaines de bateaux, des hommes d’affaires, des diplomates, etc. Le fils cadet de Montcalm en sera un.

Si Samuel de Champlain n’était pas l’un d’eux, sont adjoint, De Lisle faisait bien partie de l’Ordre. En 1647, le gouverneur de la colonie est Charles Huault de Montmagny, également chevalier de Malte. La même année, il reçoit un cheval (le premier au Canada et le seul pendant presque 20 ans) des habitants de Québec s’étant cotisés pour le lui offrir. En effet, on ne pouvait imaginer un chevalier sans cheval! Il semble que Montmagny était  particulièrement infatigable dans ses efforts pour promouvoir les intérêts de l’Ordre dans la colonie. La pierre de Malte s’inscrit directement dans cette logique de promotion. Rappelons que la mission des premiers colonisateurs porte un puissant message religieux. La France, dans son expansion, n’apporte pas que le savoir et la  civilisation dans les « Indes occidentales », mais aussi ses croyances. Dans un monde en féroce compétition comme celui de l’ère coloniale en Amérique du Nord, il importe de montrer que Dieu est de son côté.

En 1759, lors de la conquête anglaise de la Nouvelle-France, un incendie vient à bout du  château St-Louis. Ce n’est qu’en 1784, lors de fouilles sur la terrasse Dufferin, qu’on retrouve la pierre de Malte. Elle est, par la suite, intégrée à l’architecture extérieure du Château Frontenac et accompagnée de l’inscription suivante: « Stone carved for the priory of the knights of Malta, Quebec, 1647» («Pierre gravée pour le prieuré des Chevaliers de Malte, Québec, 1647»). En réalité, il n’y eu jamais de « prieuré » au Québec. Malgré ce qu’on pu penser les anglophones du XIXe siècle, les prieurés ont toujours été européens. L’emplacement actuel de la pierre se justifie non seulement par le fait que le luxueux hôtel se trouve sur le site de l’ancien château du gouverneur, mais aussi puisque l’on sait que le compte de Frontenac, Louis de Buade, était également chevalier de Malte. Pour ces raisons, l’endroit était donc tout désigné pour permettre à la stèle de garder une place vivante dans la mémoire collective.

Emplacement de la pierre.

L’Ordre de Malte est l’un des rares ordres fondés au Moyen Âge à être encore actif aujourd’hui, après plus de 960 ans d’histoire. Leur patron, Saint-Jean Baptiste, deviendra celui des Français du Canada lors des premières célébrations de la fête nationale du Québec en 1834 (La Pape Pie X le reconnaîtra officiellement en 1908), organisées par Ludger Duvernay, imprimeur et patriote québécois, pour défendre la langue française face au pouvoir britannique. Tout au long de cette période, l’Ordre demeure fidèle à sa mission et à ses engagements. Il apporte, entre autres, une assistance médicale et humanitaire dans certains pays dans le besoin, particulièrement lors de catastrophes naturelles. Sa mission s’est vue intensifiée surtout pendant les deux Guerres mondiales grâce à la contribution des Grands Prieurés et des Associations nationales. De fil en aiguille, leurs projets prennent de l’ampleur. Ceux-ci touchent actuellement plus de 120 pays dans le monde, notamment au Brésil, en Afrique de l’ouest, au Proche-Orient et en Inde, dû au travail de plus de 13 00 bénévoles laïcs des Chevaliers et des Dames de l’Ordre provenant de toutes les classes sociales et quelques centaines de religieux.

La pierre demeure aujourd’hui visible à tous, ancrée dans le Château Frontenac comme une empreinte indélébile du passé. Elle rappelle un temps où le destin de la colonie était, pour le meilleur et le pire, intimement lié à celui de la religion. Pour un passant non informé, il ne s’agit que d’une autre des millions de pierres qui constituent la charpente de la cité. Pour les historiens, amateurs comme les spécialistes, c’est une fenêtre ouverte sur un héritage culturel historique et méconnu.

Samuel Venière

Cynthia Labonté

_________________________________________________________________________________________

Un certain nombre d’informations soulevées dans cette capsule sont tirées d’un entretient privé avec Christian Samoisette, Chevalier de Grâce Magistrale de l’Ordre Souverain Militaire et Hospitalier de Saint-Jean-de-Jérusalem, de Rhodes et de Malte (Ordre de Malte Association Canadienne).

Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.

Bière et «bouillon» en Nouvelle-France : La taverne de Jacques Boisdon

L’histoire laisse des traces sur son passage. Bien souvent, on passe devant sans même les voir. Pourtant, les signes sont bien là, nombreux et prêts à susciter, sous notre regard curieux, des « flashs » de notre passé. Dans l’arrondissement historique de la ville de Québec, une de ces traces concerne une mystérieuse plaque commémorative située au 20 de la Côte de la Fabrique, là où se dresse aujourd’hui le magasin Simons. Ce commerce, qui a pignon sur rue à cet endroit depuis plusieurs générations, occupe en fait un édifice qui abrita, en 1648, la première taverne de l’histoire de la capitale. Mieux encore, cette plaque nous rappelle, de manière assez anecdotique, que le nom du cabaretier n’était nul autre que Jacques Boisdon : un nom qui, avouons-le, incite fortement à « lever le coude »!

Au milieu du 17e siècle, Québec n’est encore qu’une colonie de peu d’importance dans le nouveau système-monde établi par les grands empires coloniaux. La ville porte en elle à peine 500 âmes, dont une bonne partie sont des religieux et des religieuses. Depuis ses touts débuts, le destin de la colonie est intimement lié à celui de la production de boissons alcoolisées. Bien avant l’arrivée des Français, la vigne pousse sur les terres qui longent le fleuve St-Laurent. Jacques Cartier, voyant cela, avait d’ailleurs surnommé l’île d’Orléans, l’« Île de Bacchus », en hommage à la divinité romaine. En fait, dès 1619 les missionnaires jésuites et récollets pressent déjà leur propre vin, destiné aux messes. Pourtant, même si certains leur trouvent des qualités surprenantes, la majorité des habitants ne supportent pas l’âcreté des vins élaborés à partir de la vigne d’ici. La plupart sont donc importés d’Europe, mais leur coût est élevé.

Enseigne d’auberge, fin du 17e siècle. Musée virtuel de la Nouvelle-France.

Les premiers colons sont surtout des buveurs de bière, une boisson qui jouit d’une mauvaise réputation en France, où on dit qu’elle « échauffe » le sang et les humeurs. En Nouvelle-France, c’est justement cela qui fait son succès auprès de ceux qui, les premiers, doivent affronter le froid mordant des rigoureux hivers québécois. C’est donc pour étancher cette soif qu’ouvrent, dans les années 1640, les premières brasseries de la ville, comme celle de la Communauté des habitants à Québec. Avant cette date, les colons boivent une espèce de boisson fermentée et fabriquée de manière artisanale par les familles dans une pièce de la maison (généralement la cuisine) avec des ressources rudimentaires. On appelle cette version primitive de la bière, le « bouillon ». Elle était préparée à partir d’un morceau de pâte crue contenant du levain que l’on mettait à tremper dans l’eau, provoquant ainsi une fermentation suffisamment alcoolisée.

C’est le 19 septembre 1648 que le Conseil de la Nouvelle-France accorde l’ouverture de la première auberge de Québec et du Canada. En fait, il s’agit à la fois d’un hôtel, d’une pâtisserie et d’une taverne, puisque le tenancier obtient aussi le droit d’exploiter les installations brassicoles du bâtiment. C’est donc, pour ainsi dire, le premier cabaret de l’histoire du Québec. Avec son nom prédestiné, Jacques Boisdon acquiert ainsi le statut de premier aubergiste et cabaretier dans la ville.

En vérité, on connaît bien peu de chose de cet homme, communément appelé « Jean » à tort, et de sa carrière, si ce n’est qu’il obtint le droit exclusif de tenir cabaret à Québec pour une période de 6 ans, et que le commerce est racheté en 1655 par un autre marchand (Pierre Denys de La Ronde), qui perpétue sa vocation de brasserie jusqu’en 1664. On peut facilement imaginer le succès d’un tel établissement dans une colonie où l’éloignement et le climat hivernal font de la vie un véritable défi. En ces murs ont lieu d’épiques scènes de rencontres entre colons, soldats et coureurs des bois, fraternisant autour de chopes de bière débordantes à la santé des rudes hivers, échangeant récits, nouvelles, éclats de rire et ragots tout en se moquant des tracas quotidiens de la survivance. Ceux-ci ont désormais un toit commun pour se réunir, manger, boire et festoyer ensemble, voire même dormir sur place si la nuit avait été trop arrosée. «La bonne affaire!», a dû penser Boisdon!

C’est à l’occasion de l’ouverture que le Conseil élabore la plus ancienne législation relative à la tenue des auberges et des cabarets en Nouvelle-France. Le tavernier est ainsi assujetti à une série de clauses qu’il doit respecter, comme empêcher tout scandale, ivrognerie, blasphème ou jeu de hasard dans sa maison et fermer son établissement les dimanches, les jours de fêtes ainsi que pendant les offices religieux. La tradition veut, à ce sujet, que le bedeau de l’église passait sa canne sous les lits de l’auberge pendant les messes, afin de s’assurer que nul de s’y cache et échappe ainsi aux engagements de sa foi. D’une façon générale, Boisdon était soumis aux ordonnances et règlements du commerce en vigueur à son époque.

« La visite » de Pierre Laforest, représentant la taverne de Jacques Boisdon, située dans l’actuel magasin Simons.

Le contrat stipule également que le cabaretier doit s’établir sur la place publique, près de l’église. Le lieu est donc fixé en un endroit aujourd’hui bien connu des marcheurs du Vieux-Québec, soit dans l’édifice de l’actuelle boutique Simons, qui lui consacre une plaque commémorative sur sa façade. Cette anecdote savoureuse à d’ailleurs inspiré Peter Simons à proposer au peintre-muraliste Pierre Laforest de l’Île d’Orléans, qui travaille d’après une technique traditionnelle apparentée à celle des maîtres hollandais du 17e siècle, d’imaginer une toile qui pourrait illustrer cette anecdote. Vous pouvez admirer ce tableau intitulé « La visite » installé au rez-de-chaussée du magasin dans le corridor reliant les corps du bâtiment. L’École hôtelière de la Capitale a également honoré une de ses salles à manger du nom de ce mystérieux personnage.

On néglige souvent l’importance de l’anecdote, et pourtant, les informations qu’elles nous livrent sont d’une richesse intarissable. «Certes, elles ne sont que des épiphénomènes ridant à peine l’océan de l’histoire. Mais n’occasionnent-elles pas des réflexions aussi profondes que les grandes théories? Ne proposent-elles pas un condensé de la nature humaine

Samuel Venière

_________________________________________________________________________________________

Pour en savoir plus sur les boissons au temps de la Nouvelle-France, consultez le fascinant ouvrage de Catherine Ferland. Bacchus en Canada: boissons, buveurs et ivresses en Nouvelle-France. Quebec City: Septentrion, 2010.

Voir aussi…

Marcel Moussette,  Cap-aux-Diamants : la revue d’histoire du Québec, n° 28, 1992, p. 18-20. La bière à l’époque de Jean-Talon

Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.

«Gangstérisme» au Bas-Canada: La Bande à Chambers

Dans les années 1830, « un véritable règne de terreur avait affolé la ville [de Québec] et ses environs. […] À chaque instant, on signalait de nouveaux crimes dont les auteurs restaient insaisissables. Ce n’étaient que vols à main armée, que meurtres atroces, que maisons pillées, qu’églises saccagées, que sacrilèges inouïs. » Voilà les termes choisis par Louis Fréchette (1839-1908), avocat, journaliste, poète et homme politique de cette époque, dans ses mémoires pour décrire les méfaits d’un des groupes criminels qui a le plus  marqué l’histoire et l’imaginaire collectif de la ville de Québec : la bande de Chambers, aussi appelés les brigands du Carouge (Cap-Rouge).

Le 19e siècle est une ère d’urbanisation et d’immigration massive en Amérique du Nord. Les villes grossissent vite, trop vite, se gonflent d’industries fumantes qui empoisonnent l’air des rues étroites où des ouvriers s’entassent pour tenter de gagner leur vie. Dans ces conditions de promiscuité et de misère, certains sont décidés à briser les règles pour améliorer leur sort. Parmi ces villes, Québec ne fait pas exception. Les années 1830 correspondent pour elle à l’âge d’or du trafic du bois. C’est l’époque des premiers draveurs, qui risquent leur vie pour alimenter ce commerce et guider les cages de billots de bois sur les courants vers le port de de la capitale, dont l’achalandage maritime explose littéralement.

Le groupe a pour chef un dénommé Charles Chambers, un charpentier du quartier St-Roch, considéré comme un homme honnête. Après ses années glorieuses, son frère, Robert Chambers, est même maire de Québec de 1878 à 1880. On ne connaît pas avec précision le nom de tous les membres du « gang ». On sait toutefois que le principal complice de Charles était un dénommé George Waterworth. La bande, composée d’environ six membres, commence par effectuer des vols de bois puis, rapidement, des vols résidentiels chez les habitants installés en bordure du fleuve St-Laurent, dans les quartiers du vieux port et du Cap-Blanc et aussi vers Cap-Rouge, Sillery et St-Augustin. On dit que le soir, lorsqu’ils voient une lourde charge de sacs de grain partir du port en direction de la Côte-de-la-Montagne, ils s’empressent de la suivre pour pousser l’arrière de la voiture afin d’aider la bête à gravir la pente puis, arrivés à mi-chemin, laissent tomber deux ou trois sacs du chargement pour les faire débouler en bas de l’escalier Casse-Cou, où leurs amis se chargent de récupérer le butin. Une fois le larcin commis, le groupe se retrouve clandestinement dans l’obscurité boisée des Plaines d’Abraham afin de partager les gains et planifier leur prochain forfait.

Peinture de Henry Richard S. Bunnett, représentant la rivière de Cap-Rouge en 1886. Banque numérique du Musée McCord.

Charles n’hésite pas à faire usage de la violence. Un marchand qui a le malheur de vouloir le dénoncer est retrouvé noyé dans le fleuve St-Laurent. Il va même jusqu’à assassiner un des membres de sa propre bande, James Stewart, lorsque celui-ci se met en travers de sa route. L’historien Pierre-George Roy mentionne que Chambers et sa bande étaient si riches en crimes de toutes sortes qu’on leur attribua la plupart des meurtres inexpliqués survenus au Québec entre 1834 et 1837. Au fil du temps, leurs coups deviennent plus violents, plus audacieux. Les citoyens en viennent à se barricader dans leur demeure une fois la nuit tombée. La police est impuissante à résoudre ces enquêtes et la bande acquiert la réputation de ne jamais se faire prendre. Le mythe grandit, tandis qu’un climat de peur et d’angoisse pèse sur la capitale.

Un jour, le groupe commet un vol impardonnable et sacrilège aux yeux des habitants très croyants de la cité. Des vases sacrés, des coupes et des bijoux appartenant à la chapelle de la Congrégation (aujourd’hui, la Chapelle des Jésuites, située au 20 de la rue Dauphine, à l’angle de la rue d’Auteuil), sont dérobés en pleine nuit. Blasphème! Outrage! La ville offre de fortes récompenses pour quiconque détient de l’information sur les voleurs. Les recherches mènent finalement la police à fouiller la résidence de Chambers et dévoilent des preuves accablantes le reliant à plusieurs crimes irrésolus. Le chef de bande est arrêté en juillet 1835 à l’âge de trente ans, et est enfermé dans la prison de Québec, aujourd’hui le Morrin Center, situé au 44 de la Chaussée Des Écossais. Curieusement, on ne retrouva jamais le trésor volé. Plusieurs sources mentionnent que Chambers aurait enfoui celui-ci dans les environs de Cap-Rouge, près de la rivière ou encore à proximité d’un vieux moulin. Il semble que la bande prévoyait fondre les vases pour s’en faire des lingots. Arrêtés et condamnés, les voleurs n’ont pu récupérer leur trésor, qui, selon la légende, serait toujours disponible au même endroit…

La réputation de Chambers dû à ses nombreux crimes fait de son procès un événement retentissant dans la capitale. Au final, trois procès lui sont intentés, ainsi qu’à ses acolytes, au terme desquels une sentence de peine mort par pendaison commuée en exil est proclamée. Près de 175 ans plus tard, la ville de Québec demeure marquée par cette affaire. Chaque année la Commission des champs de bataille nationaux propose aux citoyens de revivre cet épisode anecdotique de l’histoire de Québec en recréant ce fameux procès. Cette activité historique et culturelle interactive permet aux spectateurs de rencontrer ces personnages du passé, comme le bourreau de la ville, et même de participer au procès de ces dangereux criminels.

Chambers est embarqué le 28 mai 1837 pour la Nouvelle-Galles du Sud,  une colonie pénitentiaire d’Australie, à bord du Cérès sous la gouverne du capitaine Squire. Selon certains historiens, il serait mort environ 6 ans après son arrivée. D’autres mentionnent toutefois qu’il serait parvenu à se libérer de ses chaînes pendant le trajet et aurait déclenché une mutinerie qui manqua de peu de prendre le contrôle du navire. Vrai ou pas, Chambers aura donné du fil à retordre à ses tortionnaires jusqu’au bout.

Samuel Venière

_________________________________________________________________________________________

Pour en savoir plus, consulter le blog de Vicky Lapointe, « La petite histoire du crime: La Bande à Chambers »

Voir aussi…

La bande de Chambers dans « Les petites choses de notre histoire ». Septième série de Pierre-George Roy, paru en 1919, en version numérique disponible en ligne

Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.