Premier Putsch en Amérique: Jacques Cartier en 1536

Vous n’êtes pas satisfait d’un gouvernement ? Changez-le. Faute d’un vote démocratique, il y a toujours le recours aux armes pour éliminer ceux qui détiennent le pouvoir, ce qui s’appelle un Putsch, ou coup d’état. C’est précisément ce qu’a fait Jacques Cartier en 1536 avec le chef amérindien Donnacona.

Naguère, un manuel d’histoire annonçait aux jeunes du primaire: « Cartier apporte le petit Jésus aux sauvages ». Si les Amérindiens n’avaient pas encore connu la pratique du renversement politique, Cartier la leur apportait plutôt que le « petit Jésus », en effectuant le premier putsch que l’on connaisse en Amérique du Nord. – Marcel Trudel

41_Jacques_Cartier_portraitJacques Cartier est déjà un navigateur expérimenté lorsqu’il explore le St-Laurent. Formé aux arts de la navigation depuis sa jeunesse, il a déjà voyagé jusqu’à Terre-neuve et exploré les côtes du Brésil lorsque l’évêque de Saint-Malo (ville natale de Cartier) propose au roi François 1er une expédition au Nouveau Monde en vantant les mérites de Cartier. Le roi approuve le projet, dont l’objectif clair est de « descouvrir certaines ysles et pays où l’on dit qu’il se doibt trouver grant quantité d’or et autres riches choses ».

Même si les Européens ont déjà tissé des liens harmonieux avec les Amérindiens, Cartier se méfie d’eux. Aussitôt le pied mit à terre en Gaspésie le 6 juillet 1534, il est rapidement entouré par une foule de Micmacs qui se bousculent pour lui vendre des fourrures. Il tente de les disperser en tirant une salve au dessus de leur tête, mais en vain. La confusion rend le contact difficile. Mais déjà, le lendemain, les échanges se déroulent mieux.

Un premier tour de force

Image 10 de 24 - Jacques Cartier à Gaspé, 1534.  Provenance : Bibliothèque et Archives Canada/MIKAN 2896921

Jacques Cartier à Gaspé, 1534.
Provenance : Bibliothèque et Archives Canada/MIKAN 2896921

Deux semaines plus tard, l’explorateur s’apprête à repartir vers le vieux continent. Au moment de quitter Gaspé, il s’affaire à y ériger une imposante croix lorsque le chef Donnacona fait irruption avec ses deux fils, Domagaya et Taignoagny, à bord de son canot. Il proteste contre cette croix. Il se sent lésé. Cartier l’accueille. On parlemente, sans trop se comprendre, faute d’interprète. Il finit par convaincre Donnacona de le laisser emmener ses deux fils en France. Premier tour de force!

Les deux frères vont passer huit mois en France. Ils y  apprennent le français et fournissent des renseignements précieux sur leur pays : grâce à eux, Cartier découvre en 1535 ce grand fleuve qu’il a raté l’année précédente… Il revient l’année suivante, à l’automne 1535, et retrouve les Iroquois à Stadaconné (aujourd’hui Québec). Malgré un accueil chaleureux, Cartier remarque que les habitants, dont le chef et ses fils, se tiennent loin de lui pour délibérer.

Walter Baker, L'arrivée de Jacques Cartier à Stadaconé,

Walter Baker, L’arrivée de Jacques Cartier à Stadaconé,

Il finit par comprendre qu’ils s’opposent à ce que Cartier explore plus en amont du fleuve, vers Hochelaga (aujourd’hui Montréal) et même que lui et son équipage passe l’hiver ici. Les Iroquoiens montent alors toute une scène pour effrayer Cartier: leur dieu annonce qu’il y aura bientôt tant de glace et de neige que les Français périront tous. Cartier, qui ne connaît que les hivers doux de Bretagne, éclate de rire, traite ce dieu de sot et entame son voyage.

À son retour, Cartier et ses hommes s’installent dans une place fortifiée pour hiverner. L’hiver vient, et le navigateur découvre ce n’est pas du tout celui de Saint-Malo… Le dieu de Iroquoiens n’étaient peut-être pas si sot, en fin de compte! Le scorbut fait son apparition avec l’hiver et fauche la santé de la plupart des Français. À la mi-février, des 110 hommes il n’en reste plus que 10 de valides. Cartier craint fort que les amérindiens ne profitent de cet état de faiblesse pour les attaquer. Son voyage à Hochelaga, malgré leur avertissement, les a profondément choqué. Il ordonne qu’à chaque fois que l’on approche du fort, de faire beaucoup de tapage, pour faire comme si les hommes travaillaient sans relâche. Il faut dissimuler leur situation.

Jacques Cartier rencontre encore Donnacona, chef des Iroquois et père de Domagaya et Taignoagny qui le salue par les mots 'Kanata' ou 'Cantha', ce qui veut dire groupement de huttes. C'est le premier usage attesté du nom Kanata qui deviendra Canada

Jacques Cartier rencontre encore Donnacona, chef des Iroquois et père de Domagaya et Taignoagny qui le salue par les mots ‘Kanata’ ou ‘Cantha’, ce qui veut dire groupement de huttes.
C’est le premier usage attesté du nom Kanata qui deviendra Canada

 

Le coup d’état

Au printemps revenu, il faut penser retourner en France. Mais comment assurer une présence française en ces terres nouvelles? La situation se présente mal. Les défiances continuent d’aggraver les relations et les alliances s’effritent. Donnaconna refusent même certaines entrevues à Cartier. Alors qu’un jour les Iroquois tiennent une grande assemblée, Cartier envoie des hommes pour s’enquérir de ce qui s’y passe: il apprend qu’un homme, Agona, conteste le titre de chef à Donnacona. Les fils de ce dernier, qui ont connu l’exil, viennent à Cartier lui demander d’écarter ce rival  en l’emmenant en France avec lui. Un plan germe alors dans la tête du Français.

Cartier joue de finesse et d’intrigues. Il prétend que le roi ne veut plus qu’on ramène d’Amérindien en France, mais consent à embarquer Agona et de le laisser sur une quelconque île en chemin. En réalité, Cartier à déjà tranché secrètement en faveur d’Agona. Il ne fait plus confiance à Donnacona et ses fils et cherche un moyen de les ramener en France. Mais comment?

Le 3 mai, fête de la découverte de la Sainte croix, est l’occasion choisie pour tendre un piège au chef et ses fils: après les avoir invité à une cérémonie solennelle, au moment du signal, les hommes de Cartier s’empareront de Donnacona et ses proches pour les jeter à bord des navires. Un plan des plus subtils … Mais tout ne se déroule pas comme prévu.

Second voyage de Cartier, 1535-1536.

Second voyage de Cartier, 1535-1536.

Au moment de l’arrivée de Donnacona et ses fils, les Amérindiens sont nombreux à l’accompagner. Le chef s’approche, avec « l’œil au bois, et une crainte merveilleuse ». Ils sont méfiants. Quelques instants avant de pénétrer dans le fort, le fils, Taignoagny, flaire un piège, avertit son père et le somme de rebrousser chemin. Trop tard! Cartier crie un ordre; ses hommes se saisissent de Donnacona et ses deux fils. Les autres Iroquois fuient à la débandade « comme brebis devant loup ». Le putsch est réussi. Le clan Donnacona est écarté du pouvoir. La place est désormais libre pour Agona.

Mais les Iroquois protestent contre cet enlèvement, « huchant et ullant toute la nuit comme des loups ». Le lendemain, il forment un foule menaçante devant le fort. Cartier convainc alors Donnacona qu’une fois qu’ils auront vu le roi pour lui décrire les fabuleux trésors que recèle le royaume du Saguenay, ils reviendront dans 10 ou 12 lunes, grassement récompensés par le roi. Donnacona se laisse convaincre. Il se montre devant le peuple pour le rassurer. Les Iroquois se réjouissent, renouvellent l’alliance, et apportent des provisions à leurs congénères pour leur voyage. Le 6 mai 1536, les Français accompagnés de 10 Iroquois quittent Stadaconné.

Cartier réitère sa promesse: Donnacona et les siens reviendront. Cependant, l’auteur de la relation ajoute tout de suite: « Et ce disait pour les contenter ». – Marcel Trudel

Donnaconé amené en France par Jacques Cartier au printemps 1536] © Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. Donnacona emmené en France, dans : Adélard Desrosiers, Petite histoire du Canada. Québec. 1933.

Donnacona amené en France par Jacques Cartier au printemps 1536 © Musée de la civilisation, bibliothèque du Séminaire de Québec. Donnacona emmené en France, dans : Adélard Desrosiers, Petite histoire du Canada. Québec. 1933.

Jacques cartier ne revient que cinq ans plus tard, en 1541.  De toute évidence, ses Amérindiens de 1536 ne sont pas de retour avec lui. Aux Iroquois qui lui rappellent sa promesse, il déclare que Donnacona est mort en France. Les autres? Il trouve réponse à tout, expliquant qu’ils vivent comme les grands de France, qu’ils se sont mariés et qu’ils n’ont pas désiré revenir. Agona, devenu chef de Stadaconé grâce au putsch de Cartier, se satisfait de cette réponse.

Le jeu qui n’en valait pas la chandelle

Le navigateur va-t-il tirer profit de son coup d’état? Pas vraiment. Agona renouvelle l’alliance avec les Français, mais rapidement la méfiance entre les deux camps reprend sa place. Cartier, de son côté, ne revient pas s’installer près de Stadaconé mais s’établit plutôt quelques kilomètres en amont du fleuve St-Laurent, à Cap-Rouge. Les relations avec les Amérindiens continuent de se dégrader. Bientôt, c’est littéralement l’état de guerre, alors que des Iroquoiens attaquent les Français qui hivernent à Charlesbourg-Royal (Cap-Rouge). Les Iroquois se vanteront d’avoir tué à Cartier plus de 35 hommes. Convaincu d’avoir trouvé quantité d’or et de diamants (en réalité, de la pyrite de fer et du quartz!), Cartier en charge ses navires et repart vers la France en 1542, sans attendre Roberval, qui arrivait avec d’autres colons. Le Putsch ne profitera pas plus à Roberval qu’à Cartier, car en 1543 les Français doivent évacuer le St-Laurent pour deux principales raisons: le climat et, surtout, l’impossibilité de commercer avec les Amérindiens, devenus hostiles…

La guerre Franco-iroquoise est une des conséquences de la politique de Jacques Cartier. C’est un premier échec de la colonisation française au Canada. Au XVIe siècle, les Français tenteront également de s’établir au Brésil et en Caroline du Sud, mais il faudra attendre en 1608 pour qu’un établissement durable soit implanté à Québec.

Samuel Venière

_________________________________________________________________________________________

1. Informations et citations tirées de Marcel Trudel, Mythes et réalités dans l’histoire du Québec, T. 5, Hurtubise, 2010, p. 13-18.

2. Dictionnaire biographique Du Canada :

Jacques Cartier http://www.biographi.ca/fr/bio/cartier_jacques_1491_1557_1F.html

Donnaconna http://www.biographi.ca/fr/bio/donnacona_1F.html

3. Musée virtuel de la Nouvelle-France

_________________________________________________________________________________________

Licence Creative Commons

Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.

15 réflexions sur “Premier Putsch en Amérique: Jacques Cartier en 1536

  1. Hi this is kind of of off topic but I was wondering if blogs use WYSIWYG editors or if you have to manually code with HTML. I’m starting a blog soon but have no coding knowledge so I wanted to get guidance from someone with experience. Any help would be greatly appreciated!

    J'aime

    • Hi! I don’t code the site by myself. I use layers offered by the hoster, WordPress. These are very cool and easy to use and design. I suggest you try those on your own blog. Good luck with this!

      J'aime

  2. Have you ever thought about adding a little bit more than just your articles? I mean, what you say is fundamental and all. Nevertheless imagine if you added some great pictures or video clips to give your posts more, « pop »! Your content is excellent but with pics and videos, this site could certainly be one of the very best in its field. Superb blog!

    J'aime

    • Yes, I totally agree. After this article, I used to pit a lot more images in my articles. Plus, I always spend a lot of time choosing them, because I really want them to reflect the spirit and the feeling of this precise story I’m telling. I am happy the article pleased you

      J'aime

    • Thank you so much for the comment! But I have no merit in this. Actually, I simply used a pre-made layer offered by the blog hoster WordPress. There are a couple of beautiful layers in here to use. You should try it with your own blog, really! Kind regards.

      J'aime

  3. In the awesome pattern of things you get a B+ just for hard work. Where you misplaced me personally was on all the particulars. You know, people say, the devil is in the details… And it couldn’t be much more true right here. Having said that, let me reveal to you just what did give good results. The authoring is certainly quite powerful and that is probably the reason why I am taking an effort in order to opine. I do not really make it a regular habit of doing that. Secondly, even though I can easily notice a leaps in reason you come up with, I am not convinced of just how you seem to connect your details which in turn make your conclusion. For now I shall yield to your position however wish in the foreseeable future you connect the facts much better.

    J'aime

  4. In the great pattern of things you’ll receive a B- for hard work. Where exactly you lost me ended up being in your details. As they say, details make or break the argument.. And that could not be much more correct in this article. Having said that, allow me inform you just what did work. Your article (parts of it) is certainly rather persuasive and that is possibly the reason why I am making the effort in order to comment. I do not make it a regular habit of doing that. Second, whilst I can easily notice a jumps in reason you come up with, I am not really sure of how you appear to unite the details which inturn produce the actual final result. For the moment I shall yield to your issue but wish in the future you connect your dots better.

    J'aime

    • I write about what I like, essentially, and this how I « connect the dots ». I guess you have liket it too, if you took time to read and comment. Thanks for the grade, but my articles are quite short, and much popularized, actually. Details are essentials. They reveals crucial things to ones who really look to understand history, but most importantly the human behind it. Devil is in the details, as they say. That said, my texts are in French, and bad traslation can lead to misunderstanding. But at least I’m am happy you commented, especially if this is not in your habit. You get a B- for the effort 😉 .

      J'aime

  5. C’est bien tout ça, mais il manque trois choses à ta démonstration.
    1-Ce ne sont pas les Stadaconiens qui ont fait rentrer La Rocque de Roberval en France, mais plutôt le roi de France qui avait besoin de lui pour la guerre qui venait de reprendre en Europe. Roberval serait demeuré sur place comme un bon petit soldat malgré la défection de Cartier, d’autant qu’il pouvait être réapprovisionné.
    2-Tu oublie le fait que les Stadaconiens ont été décimés par les maladies apportées par les Français. Les Algonquiens (Montagnais, Mic-mac) dans la vallée du Saint-Laurent à la fin du XVIe siècle n’avaient plus de souvenir de ces épisodes. Ils étaient déjà bien occupés avec la traite des fourrures avec les pêcheurs.
    3-Les guerres Franco-Iroquoises sont le résultat des décisions de Champlain et des appuis politico-militaire des Anglais aux Iroquoïens de l’état de New-York par la suite.

    Cordialement

    Bernard Allaire

    J'aime

    • Bonjour! Merci pour votre commentaire. Voici ma réponse:

      1- Disons que le rappel tombe à pic pour Roberval, car sa situation est très difficile. Bon soldat ou non, les Français sont en sous nombre et les Amérindiens ne recherchent plus leur amitié. Le ravitaillement est possible, mais pas assez régulier pour compter sur l’aide la France. S’il avait été possible d’établir une colonie permanante lorsque Roberval est rappelé, un autre l’aurait remplacé. Mais ce n’est pas le cas, et cela pour les deux raisons citées dans l’article. La colonie est simplement évacuée.

      2- Je n’oublie pas, mais je n’en parles pas, car ce n’est pas en lien avec le sujet. L’article se veut vulgarisé; c’est là la vocation de ce site. Je ne parles donc volontairement pas de tout.

      3- Les racines des guerres franco-iroquoises remontent à plus loin que Champlain, jusqu’aux premiers contacts entre Amérindiens et Français. De ce point de vue, je me range du côté de Marcel Trudel, auquel je vous renvoie à son ouvrage « Mythes et réalités dans l’histoire du Québec », pour plus d’éclairage à ce sujet. Bonne lecture!

      J'aime

    • Malgré leur alliance renouvelée, la méfiance s’est installée entre Agona et Cartier, lors de son retour. La proximité avec les Iroquois devient problématique, en cas de litige, comme ce fut le cas le 3 mai lors de la fête de la Sainte-Croix pendant laquelle les Français s’emparent de Donnaconna par la force. Cartier semble vouloir éviter que cela se reproduise. Après tout, il n’a nullement l’intention de tisser des liens durables avec les Amérindiens: il cherche plutôt à pouvoir mener ses recherche d’or et de diamants, sans avoir à se soucier d’eux. Et il semble que les rivières, comme celle de Cap Rouge peut-être, sont des endroits propices à la détection de tels filons.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s